logo ACPLW

Aéroclub Paul-Louis Weiller

Accueil

Bienvenue à l'Aéro-Club Paul-Louis WEILLER : Aéroclub possédant des avions équipés de malonnier ouvert autant aux pilotes valides et qu’aux pilotes handicapés physiques. Grâce à ces avions équipés de commandes "toutes manuelles" il est possible aux personnes handicapées des membres inférieurs de récupérer une pleine validité aux commandes d’un avion adapté à leur handicap.

Cet aéroclub est jumelé avec l'association des Pilotes de l'Aéro-Club de France.

Patrouille
Téléphone/Fax Adresse
+33 (0)1 34 74 03 22 Aéroclub Paul-Louis WEILLER
Route de Verneuil - Aérodrome Hangar 6
78130 Les Mureaux


Ce site est hébergé par informatique13

Présentation

Photo de groupe de l'ACPLW

L'Aéro-Club Paul-Louis WEILLER est une association basée sur l'aérodrome des MUREAUX (Yvelines) qui a pour but de former des pilotes avions, valides ou handicapés des membres inférieurs.

La formation va de l'obtention de la licence de pilote privé (PPL-A) aux vols de perfectionnement préparatifs au VFR de nuit ou au stage Pilote Professionnel CPL-A. Pour les pilotes n’ayant pas pu obtenir de dérogation médicale du fait d'un handicap incompatible, ils peuvent continuer leur formation avec un instructeur.

Aujourd'hui, l'aéroclub Paul-Louis WEILLER compte une quarantaine d’adhérents valides et handicapés encadrés par trois instructeurs bénévoles : le chef-pilote Jean-Louis Daroux, ex-pilote militaire totalisant 39.000 h de vol, Eric Massot, CDB 747 à Corsair, Jean-Claude Roumilhac, commandant de bord à la retraite et Guillaume Féral. En plus de la quarantaine de membres, l’aéroclub vient d’accueillir dans le cadre du projet "Donne toi des Ailes" (cf onglet), plus de 15 élèves en formation BB puis PPL-A. L’activité de l’ACPLW pourrait passer de 600 heures à près de 800 heures de vol par an. L’aéroclub Paul-Louis WEILLER dispose de trois avions équipés d’un malonnier : un Piper PA-28 Cherokee 180 ch, un Robin R-2160 160 ch et le petit dernier, un Piper ARCHER III (classé IFR) catégorie "voyage" (don de madame Bernachon Irisarri, petite fille de Paul Louis Weiller).

Avions au roulage

Les membres de l’aéroclub Paul Louis WEILLER se retrouvent tous les samedis pour le traditionnel déjeuner / pique-nique hebdomadaire. La formation est assurée essentiellement le samedi, et les autres jours sur rendez vous (créneaux horaires réservés directement sur le site www.aeroclub-plweiller.fr)

Tarifs

Adhésion
Licence-Assurance Fédérale : 70 €
Cotisation Aéro-Club 250 €

Flotte :

Avion Type Immatriculation Puissance Places Tarif membre (/HdV)
ALPHA R 2160 F-GAXP 160 Ch 2 144 €
PIPER PA 28 Cherokee F-GIYL 180 Ch 4 150 €
PIPER PA 28 Archer III F-HMCI 180 Ch 4 174 €
Cap 10 BK F-HNGA 180 Ch 2 216 €
N.B : le tarif de l'heure de vol est identique avec ou sans instructeur.

Baptêmes de l'air :

Rotation de 20 à 30 minutes Tarif
Par tour, quel que soit le nombre de personnes à bord (maximum : trois passagers) 90 €

Historique

Photo de groupe de l'ACPLW

En 2012, l'Aéro-Club Paul-Louis WEILLER a fêté ses quarante ans.

Photo de groupe de l'ACPLW en 2003
1 2 3 4 5 6 »

Le premier vol

Tout a commencé un jour du mois d'avril de 1972 lorsqu'un certain André CREPY effectua un vol local à bord d'un avion muni de commandes manuelles intégrales.

D'après ce qu'en disaient les anciens, André CREPY était un personnage atypique et assez unique dans son genre. Son physique un peu rond et ses yeux pétillants de malice lui donnaient un air jovial et bon vivant. Ce garçon aimait la vie et la bonne chair(e).

Quelques années auparavant, alors qu'il était "valide", il avait eu un accident aux commandes de son avion dans le désert marocain. Après quelques temps dans le coma, il s'était réveillé paraplégique et condamné par le sort à se déplacer en fauteuil roulant.

A peine sorti des hôpitaux et de son centre de rééducation, il a commencé à rôder autour des terrains d'aviation. Son désir le plus ardent était de pouvoir piloter de nouveau. Mais comment faire ? A l'époque où il était déjà rare pour un handicapé de conduire une voiture, comment pouvait-on imaginer pouvoir piloter un avion ?

C'est alors qu'il va rencontrer Bernard MORIN. Cette rencontre va bouleverser la suite de son existence et la nôtre par la même occasion.

Bernard MORIN était un passionné de mécanique et d'aéronautique. Il exerçait le métier de mécanicien sur les avions de la compagnie aérienne UTA. Il était convaincu qu'il était possible d'équiper un avion d'un système qui permettrait de rapporter à la main toutes les commandes qui étaient initialement manoeuvrées au pied.

Au bout de quelques mois, les projets et les plans étaient prêts. Il ne restait plus qu'à trouver un avion. Aussitôt dit, aussitôt fait. Grâce à ses qualités de persuasion, André CREPY était parvenu à se faire prêter un avion en vue d'y installer lesdites commandes manuelles.

C'est donc ainsi qu'au bout de quelques temps, par un beau matin d'avril de l'année 1972, après quelques heures d'entraînement, André CREPY s'est fait lâcher sur le premier avion équipé de commandes manuelles en France.

« 1 2 3 4 5 6 »

Naissance de l'Association Aérienne Des Handicapes Physiques...

Parmi les adhérents de cette époque, rares sont ceux qui fêteront ce trentenaire. Certains ne sont plus de ce monde, comme Raymond FINCK, décédé d'une crise cardiaque en 2001. Heureusement, il y en a un ou deux qui répondent toujours présent à l'appel : il s'agit de François THIBAULT et d'une de nos aviatrices les plus assidues, Claude SENECHAL.

C'était un groupe de passionnés qui se retrouvaient sur le terrain des Mureaux autant que possible pour s'adonner à leur activité favorite. Ils y passaient des jours, des nuits et avaient même pris l'habitude de dormir sur place le plus souvent.

A cette époque là, les locaux se trouvaient en bordure de Seine, près de la zone militaire, à l'endroit même où l'aérospatiale, devenue EADS, a construit des bâtiments pour l'assemblage de ses lanceurs ARIANE.

Voler, c'était leur passion et c'est ce qu'ils ont pu faire au tout début avec l'équipement de Bernard MORIN. Mais le prêt de l'avion ne pouvait être indéfini dans le temps et le propriétaire a fini par le réclamer.

L'association aérienne n'avait plus d'aérien que le nom. Il fallait absolument trouver un autre avion sinon c'en serait fini de leur rêves.

L'association fit l'acquisition d'un rallye SOCATA motorisé par un quatre cylindres lycoming de 120 chevaux. Il était immatriculé F-BTRB.

N'oublions pas que nous sommes au début des années soixante dix et qu'il est parfaitement interdit à un handicapé de prendre les commandes d'un avion. A force de négociations avec la DGAC, celle ci accepte le principe qu'un handicapé puisse faire du "vol accompagné" ou "vol promenade".

Pour cela, le commandant de bord, valide, doit obligatoirement se trouver à gauche et le passager handicapé en place droite.

C'est ainsi que cet avion fut équipé de façon à ce qu'un pilote handicapé puisse prendre les commandes en place droite. Tous les instruments furent également transférés afin que l'élève n'ait pas de difficultés à contrôler les paramètres de vol.

Aménagement du F-BTRB

Il ne restait plus qu'à faire le forcing pour obtenir une dérogation afin de pouvoir se présenter au brevet de pilote...

Quelques coupures de presse de cette époque témoignent du combat que menaient ces "pionniers" pour obtenir des dérogations. Certains passaient leur temps à arpenter les couloirs des ministères alors que d'autres utilisaient des méthodes plus radicales.

En signe de protestation, André CREPY avait décidé de faire la grève de la faim. Le conflit fut médiatisé et de nombreuses photos de lui furent diffusées dans la presse. On le voyait allongé dans un lit, couvert jusqu'au menton en attendant que la maladie ou la mort aient raison de son corps. Tous les moyens semblaient bons pour obtenir satisfaction.

Cette affaire avait déjà fait beaucoup de bruit et certains "politiques" s'en étaient émus. Enfin, en 1976, les handicapés finirent par obtenir satisfaction. Une circulaire qu'on appelle communément "CAVAILLE", du nom de son auteur, allait permettre à ceux qui ne peuvent pas marcher de pouvoir voler seuls.

Cette circulaire permettait d'accorder une dérogation médicale à tout handicapé, principalement des membres inférieurs, faisant la preuve qu'il pouvait monter et descendre de l'avion par ses propres moyens.

Désormais, les handicapés allaient pouvoir voler en toute légalité mais avec une restriction toutefois : il leur était interdit d'emporter des passagers.

Cette disposition sera maintenue pendant neuf ans et ce n'est qu'en 1985 qu'une modification de cette fameuse circulaire permettra aux pilotes handicapés d'emporter des passagers et de devenir ainsi des pilotes à part entière, ayant les mêmes devoirs et jouissant des mêmes prérogatives que les pilotes valides.

« 1 2 3 4 5 6 »

Le Général Cuffaut et le Colonel Eisenbach...

En 1976, le premier brevet TT a été délivré par l'administration française à Raymond FINCK. Après lui, quelques uns ont suivi. L'association commençait a prendre de l'importance et le besoin d'un ou plusieurs instructeurs commençait à se faire ressentir.

le Général Léon Cuffaut L'association décide de faire appel au général Léon CUFFAUT qui était alors président de l'Aéro-Club de France. Ce dernier était une personnalité unanimement reconnue dans le monde de l'aéronautique.

17 mille heures de vol, ancien pilote de chasse, volontaire du Normandie-Niemen où il fut crédité de 14 victoires homologuées, Grand Croix de l'Ordre National du Mérite et Grand Croix de la Légion d'Honneur, Le Général Léon Cuffaut était un infatigable ambassadeur des ailes françaises et un fervent défenseur de l'aviation générale lorsqu'il fut à la tête de l'Aéro-club de France après sa brillante carrière militaire.

C'est ainsi que le général CUFFAUT est devenu le Chef-Pilote de l'association aérienne des handicapés physiques.

Dans le courant des années quatre vingt, deux autres avions sont venus "gonfler" la flotte de l'association aérienne des handicapés physiques qui comptait désormais près d'une trentaine de membres.

Ces deux avions, le F-BSKG et le F-BSKH étaient deux rallyes SOCATA MS 892 de 150 chevaux qui avaient appartenu au SFACT (Service de la Formation Aéronautique et du Contrôle Technique). Ils devaient être réformés et la DGAC nous les avait rétrocédés pour presque rien.

Un seul instructeur n'y suffisait plus et le général CUFFAUT décida de faire appel à un de ses amis, le colonel Guy EISENBACH. Ce dernier, avait un passé aéronautique non moins glorieux. Il avait combattu pendant la seconde guerre mondiale dans les rangs de la Royal Air Force. Il avait commencé sur des Hurricane, Spit et autres Mustang et avait fini sa carrière aux commandes des premiers Mirages dans l'armée de l'air française.

Des dizaines de pilotes handicapés ont été formés par le général CUFFAUT et le colonel EISENBACH. Voler avec eux était toujours un moment de pur bonheur. Parfois, lorsque les deux instructeurs se croisaient dans le ciel avec leurs élèves, il leur arrivait de prendre les commandes pour quelques minutes pendant lesquelles ils s'amusaient à simuler un combat aérien. Les élèves avaient intérêt à avoir le coeur bien accroché.

Pendant les repas du samedi midi que nous partagions tous ensemble dans les locaux de l'aéro-club, nous étions nombreux à les solliciter pour qu'ils nous racontent ce qu'ils avaient vécu pendant la dernière guerre. Leurs récits étaient passionnants et nous buvions leurs paroles.

Après plus de dix années passées comme Chef-Pilote de notre aéro-club, le général CUFFAUT a cessé de voler en 1993 à l'âge de 81 ans. Il s'est envolé définitivement le 19 septembre 2002...

Le colonel Guy EISENBACH s'est éteint brusquement d'une crise cardiaque en novembre 2001 à l'âge de 80 ans après dix sept années passées au sein de l'aéro-club. Sa licence de vol était toujours en état de validité. D'ailleurs, son dernier vol remontait à la semaine précédente.

« 1 2 3 4 5 6 »

Les années Quatre Vingt et Quatre Vingt Dix...

Les années quatre vingt ont été une période de développement et d'ascension pour l'association aérienne des handicapés physiques. Le petit groupe du début s'était considérablement étoffé. La flotte avait triplé passant d'un à trois avions et il y avait désormais deux instructeurs bénévoles.

Par la même occasion, les dépenses de fonctionnement de l'association n'étaient plus les mêmes. L'entretien des trois avions coûtait très cher et déjà, le prix de l'heure de vol ne permettait pas de couvrir réellement les frais. Les machines n'étaient pas de première jeunesse. D'autres dépenses imprévisibles et inattendues venaient déséquilibrer les comptes de l'aéro-club qui étaient en permanence dans le rouge. Le général CUFFAUT connaissait un monsieur qui était né avec l'aéronautique au début du siècle et qui était connu pour ses actions qui tendaient à encourager les initiatives de ce genre. Il décida donc de faire appel à lui pour aider l'association.

le Commandant Paul-Louis WeillerA plusieurs reprises dans le courant de cette décennie, le commandant Paul-Louis WEILLER a aidé l'association qui se trouvait au bord de l'asphyxie financière.

C'est grâce à son action que l'aéro-club a pu continuer ses activités et former ainsi d'autres pilotes handicapés des membres inférieurs pendant plusieurs années.

En signe de reconnaissance pour leur bienfaiteur, tous les membres décident, lors de l'assemblée générale de 1989, de lui donner le nom de : Aéro-club Paul-Louis WEILLER.

D'autres mécènes ont apporté leur contribution financière à l'aéro-club. Parmi les plus importants, on compte le Lion's Club International dont le président de l'époque n'était autre que le docteur SLIOSBERG, notre médecin aéronautique.

Ce dernier passait une partie de son temps libre à s'occuper d'une fanfare. Il avait organisé, en 1990, une manifestation où il avait invité plusieurs centaines de personnes auprès de qui il avait recueilli plus de deux cent mille francs de dons. Cette importante somme d'argent nous avait permis d'améliorer sensiblement l'équipement de nos avions, notamment en ce qui concerne les instruments de radio et de navigation qui étaient obsolètes. C'est depuis cette époque qu'en signe de reconnaissance, la dérive de nos avions porte le logo du Lion's Club International.

Le docteur SLIOSBERG a pris sa retraite et n'exerce plus d'activité professionnelle aujourd'hui mais nous avons toujours gardé un contact privilégié avec lui.

D'autres associations comme Les Ailes Brisées ou le Conseil Général des Yvelines ainsi que de nombreux petits "sponsors" ont apporté ponctuellement leur contribution.

Au début des années quatre vingt dix, un ancien haut fonctionnaire de la DGAC à la retraite, Michel BOMMIER, est venu seconder comme instructeur bénévole le colonel EISENBACH au sein de l'équipe.

Grâce à lui et aux relations qu'il avait gardées avec son ancienne administration, l'aéro-club a pu acheter pour un prix défiant tout concurrence, un ancien avion du SFACT qui s'apprêtait à être réformé et ainsi diversifier sa flotte. Il s'agit d'un ROBIN Aiglon de 180 chevaux qui est venu remplacer l'un des rallyes qui a été racheté par un des adhérents qui s'était installé en province.

« 1 2 3 4 5 6 »

Aujourd'hui...

Aujourd'hui, l'aéro-club Paul Louis Weiller, c'est un peu moins de quarante adhérents valides et handicapés qui sont encadrés par quatre instructeurs entièrement bénévoles :

  • Chef-pilote : Jean-Louis DAROUX, ancien pilote militaire qui totalise plus de 39.000 heures de vol, ce qui représente un record.
  • Eric MASSOT, pilote de ligne sur BOEING 747.
  • Jean-Claude ROUMILHAC, pilote de ligne à la retraite
  • Guillaume FERAL

Les vols se déroulent principalement le samedi mais il est possible, sur rendez vous, de voler n'importe quel jour de la semaine.

La réglementation aussi a évolué. La vieille circulaire "CAVAILLE" qui a permis à tant d'handicapés de passer un brevet TT au même titre que les personnes valides a été remplacée par un arrêté en date du 5 novembre 2002. Ce texte a permis d'adapter à la nouvelle réglementation européenne (JAR FCL) les mesures qui permettaient aux pilotes handicapés de voler avec un certificat médical dérogatoire (de classe 2). Ils ont ainsi accès à la nouvelle licence de pilote privé (PPL).

Cet arrêté prévoit également la possibilité d'obtenir des qualifications spécifiques comme le vol en montagne ou de voler sur des machines comme les hélicoptères, les ballons ou les planeurs, ce qui n'était pas le cas auparavant.

Depuis novembre 2003, de nouvelles perspectives, professionnelles, s'ouvrent aux pilotes handicapés. Depuis cette date en effet, un arrêté définit les modalités qui permettent à un candidat de se présenter à la visite médicale "classe 1". En cas d'issue favorable un certificat d'aptitude médicale dérogatoire est délivré, puis un succés aux examens théoriques et pratiques valide l'obtention de la licence professionelle C.P.L. (Commercial Pilot Licence). Cette licence permet d'effectuer du travail aérien contre rémunération. A noter que l'arrêté 2003 exclue des privilèges du C.P.L. le transport payant de passagers. Depuis 2008, les pilotes handicapés ont accès à la qualification de vol aux instruments (IFR).

Document Format Taille (Ko)
Arrêté C.P.L._20 novembre 2003 pdf icon (pdf) 156,0
« 1 2 3 4 5 6

Statuts et règlement intérieur

Plan d'accès

Se rendre à l'Aéroclub Paul-Lous Weiller:

L'Aéroclub Paul-Louis Weiller est situé sur l'Aérodrome des Mureaux (hangar 6). La formation et les différents vols sont assurés essentiellement le samedi, et les autres jours sur rendez vous (créneaux horaires réservés directement sur le site www.aeroclub-plweiller.fr)

Par la route:

Instructions Direction
Autoroute A13 E05: Prendre la sortie 8
MEULAN - LES MUREAUX
Suivre la direction Les Mureaux en empruntant la D43 (Avenue Paul Raoult)  
Continuer tout droit aux différents ronds-points, passer sous le pont de la gare de Mureaux  
A la séparation Meulan - Verneuil, rester à droite
VERNEUIL
Après avoir passé les bâtiments de l'Aérospatiale, continuer tout droit sur la D154 (Rue Ampère)  
Quelques centaines de mêtres après le panneau de sortie des Mureaux, tourner à gauche
VERNEUIL
Base de Loisirs
Aérodrome Zone Civile
Quelques dizaines de mêtres après le carrefour, tourner à nouveau à gauche
Aérodrome Zone Civile
Après avoir franchi les grilles de l'Aérodrome, continuer jusqu'au Hangar 6  

Par les airs:

La carte VAC de l'aérodrome des Mureaux peut être téléchargée à partir du site de la SIA.

OACI Aérodrome Altitude Fréquence Piste Avitaillement
LFXU Les Mureaux 89ft / 3hPA Auto info 122.95MHz 10/28 AVGAS 100LL (carte Total)

Club-house

Club-house de l'aéroclub

Salle de cours

Une salle de cours a été aménagée à l'arrière du hangar.

Salle de cours de l'aéroclub

F-GAXP

F-GAXP, Robin R2160 160ch, avion apte à la voltige élémentaire, équipé de malonnier par Guillaume Féral et une équipe d’ingénieurs de Dassault Aviation, premier avion français de ce type homologué aux normes EASA.


Robin 2160 F-GAXP

F-GIYL

F-GIYL: un Piper PA 28 Cherokee 180Ch équipé de commandes manuelles.


PA 28 F-GIYL

F-HMCI

F-HMCI: un Piper PA 28 Archer III 180Ch équipé de commandes manuelles.


PA 28 F-HMCI

F-HNGA

F-HNGA: un Cap 10 équipé de commandes manuelles destiné à la formation voltige, propriété de l'association Envie d'Envol


CAP 10 F-HNGA

Malonniers

Le Malonnier : tous les avions de l’ACPLW sont équipés d’un malonnier mécanique agréé sous CDN

Depuis plus de 50 ans, l’adaptation des nouvelles technologies à la conception de commandes de vol en tout manuel ont permis aux personnes ayant un handicap des membres inférieurs de pouvoir accéder au pilotage des avions avec les mêmes normes de sécurité que les commandes de vol traditionnelles. Les pilotes handicapés des membres inférieurs doivent utiliser des aéronefs modifiés par un système nommé malonnier (appellation associant manche et palonnier).

Le premier avion ainsi équipé et certifié a été un Rallye des Mureaux en 1974. Le malonnier avait été installé pour la place droite. Dans les années 1980, d'autres Rallye ont été munis de malonniers en place gauche. Ces malonniers fixes étaient « transparents » pour que les avions puissent être pilotés par tous. Le seul dispositif reproduit en plusieurs exemplaires est celui conçu par Jean Pottier. Il équipe actuellement cinq avions en France et un au Luxembourg. D'autres malonniers conçus à l'unité par des ateliers techniques agréés équipent des Rallye, un PA-28 et un DR-400. Dans les dix dernières années, des innovations ont permis une simplification du système. Surtout, le principe de malonnier amovible né de la collaboration de Michel Barry avec Guillaume Féral a révélé son efficacité sur les trois avions qu’il équipe : sept Cessna 177RG, un DR-400 sous CDN spécial et depuis 2007 le R-2160 qui grâce à Guillaume Féral et avec l’aide d’une équipe d’ingénieurs de Dassault a été le premier avion certifié et homologué aux normes EASA. D’autres projets en cours : des élèves ingénieurs des Arts et Métiers d’Aix-en-Provence ont commencé l’étude d’un malonnier démontable pour TB-10. Également à l’étude par des étudiants de l’ISAE/ENSICA avec l’aide de G.Féral l’étude d’un malonnier pour le Zenair CH601UL.

Depuis le début de la certification sous CDN en 1974, 27 avions ont été équipés de malonniers. Actuellement 22 avions sont équipés de commandes manuelles, dont 13 exploités par des aéro-clubs et 3 par une société de travail aérien.

Exemple : Les schémas et photos ci-dessous illustrent l'aménagement d'un Robin Aiglon.

Malonnier d'un Robin Aiglon
Aménagement du F-GCRM Schéma de l'aménagement du F-GCRM
Schéma de l'aménagement du F-GCRM
Schéma de l'aménagement du F-GCRM

Accessibilité au cockpit

Quelques photos pour illustrer comment un pilote handicapé des membres inférieurs peut accéder au cockpit d’un avion


Embarquement !

Embarquement

"Donne-toi des ailes"

Document Format Taille (Mo)
La 5ème promotion de "Donne-toi des ailes " pdf (pdf) 3.4
L'article paru dans Aviation & Pilote jpg (jpg) 0.2

L'édition 2016

L'édition 2016 du projet "Donne-toi des Ailes"

Apprendre à piloter

On peut vouloir apprendre à piloter pour :

  • Satisfaire le plus vieux rêve de l'humanité ; voler...
  • Se distraire loin du handicap quotidien ; certains parleront d'aérothérapie...
  • Découvrir la troisième dimension et ses merveilles...
  • Survoler de beaux paysages visibles ou accessibles uniquement d'en haut...
  • Partager ses vols avec ses amis, le week-end ou en vacances...
  • Voyager à l'aide d'un moyen de transport individuel et adapté...
  • Pratiquer une activité sportive : rallye aérien, pilotage de précision,...
apprendre1 apprendre2

Quelles que soient vos motivations, l'Aéro-Club Paul-Louis WEILLER est prêt à vous accueillir pour vous accompagner dans cet apprentissage.

Brevets de pilote et qualifications

Les textes réglementaires peuvent être consultés sur le site du ministère.

Brevet d'Initiation Aéronautique (BIA) :

Destiné aux jeunes de plus de 13 ans. Il s'effectue dans le cadre d'une convention signée entre un aéro-club et un établissement scolaire. Il comporte une initiation théorique dans un établissement scolaire et une initiation pratique en aéro-club. Le titulaire d'un BIA peut obtenir des bourses en s'adressant à son aéro-club.

Brevet de Pilote Privé (PPL) :

Après avoir satisfait à une épreuve théorique et pratique, ce brevet vous permettra d'exercer les fonctions de commandement de bord sur un avion monomoteur, d'emporter sans rémunération des passagers partout en Europe, et même au delà, sous réserve notamment d'une compétence en langue anglaise.

Les conditions d'obtention sont :

  • Totaliser au minimum 30 heures de vol en double commande et 15 heures en solo
  • Avoir 17 ans révolus le jour de l'examen en vue de l'obtention de la licence
  • Subir avec succès les examens théoriques et pratiques prévus par arrêtés
  • Avoir passé la visite médicale auprès d'un médecin agréé

De part les qualifications de nos instructeurs et l'équipement de nos avions, vous pourrez également à l'aéro-club être formé au pilotage sans visibilité, au vol de nuit et au vol en montagne.

Réglementation

Dérogation médicale

Ne vous précipitez pas chez le médecin.

Assurez-vous d'abord que l'avion, "c'est bien votre truc" en faisant un vol en place droite avec un pilote confirmé (gratuit) ou mieux : un vol d'initiation en place gauche avec un instructeur (payant).

Si vous êtes convaincu (vous le serez), assurez-vous que vous êtes capable de vous installer à bord sans l'aide d'un tiers. Les membres de l'aéro-club ont tous des petites astuces propres à chacun pour rendre la chose la moins compliquée possible compte tenu de leur handicap ; ils vous aideront dans ce qui au départ pourrait vous sembler un obstacle délicat.

Une fois cette étape franchie, vous demanderez à l'instructeur d'établir une attestation confirmant cette aptitude à monter à bord de l'aéronef utilisé et à l'évacuer par vos propres moyens.

Vous vous rendrez ensuite chez un médecin agréé aéronautique muni de votre dossier médical et de l'attestation de l'instructeur. Le médecin établira une demande de dérogation (pour un ou plusieurs titres aéronautiques) qui sera envoyée au Conseil Médical de l'Aéronautique Civile (CMAC). La décision vous parviendra dans les trois mois, valable un an. Cette première décision d'aptitude à titre dérogatoire (positive ou négative) sera réexaminée deux ans plus tard. Elle sera alors valable indéfiniment sous réserve d'évolution de votre handicap.

Le certificat médical est renouvelé lors d'une visite chez le médecin agréé tous les douze mois sans distinction d'âge.

A savoir qu'il n'est pas nécessaire d'avoir son aptitude médicale pour commencer un apprentissage mais ce sésame est toutefois indispensable pour être lâché en "vol solo" (seul à bord).

Dans le cas où la dérogation médicale vous serait refusée, vous pourrez tout de même faire du vol accompagné ; c'est le cas de plusieurs membres de l'Aéro-Club Paul-Louis WEILLER qui emmènent en "sac de sable" soit un instructeur soit un autre pilote.

Prorogation et Renouvellement de licence

Validation

Pour être valide la licence doit être accompagnée d'un certificat médical et de la qualification de classe ou de type.

Le certificat médical a une validité de 12 mois pour les pilotes handicapés.

Pour les pilotes valides ; deux ans pour les moins de 40 ans et un an pour les plus de 40 ans.

La qualification de classe monopilote monomoteur à piston a une validité de deux ans à partir de la date de délivrance ou à partir de la date d'expiration initiale, si elle a été prorogée avant cette date d'expiration.

Prorogation de la qualification de classe ou de type

Elle doit être effectuée avant la date d'expiration.

Elle nécessite :

  • soit un contrôle en vol par un examinateur FE dans les 3 mois précédant l'expiration,
  • soit d'avoir effectué 12 heures de vol, 12 décollages et 12 atterrissages dans les 12 mois précédant l'expiration et un vol d'entraînement d'une heure au moins avec un instructeur FI

Renouvellement lorsque la qualification a expiré

Il faut repasser avec un examinateur FE l'épreuve d'aptitude de la qualification définie dans les JAR-FCL.

Médecins agréés

La liste des médecins examinateurs agréés pour la délivrance des certificats médicaux de Classe 2 peut être téléchargée sur le site du Ministère de l'Ecologie Solidaire pdf

Autres aéro-clubs "Handi"

Carte aéroclubs Handi

Presse

Partenaires

Partenaires privés et publics :

En plus des partenaires institutionnels dont le logo figure ci-dessous, l’aéro- club Paul Louis WEILLER est depuis les années 1980 soutenu par la famille WEILLER . Tout d’abord par le Commandant Paul Louis WEILLER qui à plusieurs reprises dans les années 80, a aidé l'association qui se trouvait au bord de l'asphyxie financière. En signe de reconnaissance pour leur bienfaiteur, tous les membres décident, lors de l'assemblée générale de 1989, de lui donner le nom de : Aéro-club Paul-Louis WEILLER.

Aujourd’hui les descendants du Commandant PL WEILLER ont repris le flambeau :

  • En novembre 2010, Madame Olimpia WEILLER, belle fille du Commandant WEILLER lance au sein de l’ACPLW le projet "Donne toi des ailes", projet qu’elle financera en majeure partie sur 3 ans 2011 / 2012 / 2013
  • En 2013 l’aéroclub Paul Louis WEILLER s’est doté d’un nouvel avion de voyage, don de madame Bernachon Irisarri, petite fille de Paul Louis Weiller
Partenaires

Liens avec d'autres associations :

Association des Pilotes de l'Aéro-Club de France

L’aéro-club Paul Louis WEILLER est jumelé avec l'association des Pilotes de l'Aéro-Club de France.

>Pour en savoir plus... avion

Contacts

Contacter l'Aéroclub Paul-Louis WEILLER

Adresse Téléphone/Fax
Aéroclub Paul-Louis WEILLER
Route de Verneuil / Aérodrome / Hangar 6
78130 Les Mureaux
+33 (0)1 34 74 03 22

Les membres du Bureau de l'ACPLW

Nom Adresse Téléphone
Président : Claude MALTESE 95 bis, rue Normande
95450 SERAINCOURT
+33 (0)6 07 79 54 04
Vice-Président : Guillaume FERAL 78, rue de Lourmel
75015 PARIS
+33 (0)1 43 16 95 88
Secrétaire : Agnès TAVAN 3, chemin de la Garenne de Thun
78250 MEULAN
+33 (0)6 60 27 28 42
Trésorier : Eric GEORGEAUX 12, rue Sully
78180 MONTIGNY LE BRETONNEUX
+33 (0)1 30 64 70 44
E-mail